Insecticide Mon Amour

 
Insecticide mon Amour ou le plaidoyer engagé de Guillaume Bodin!

Sa vie, son combat

Ouvrier viticole au départ, Guillaume Bodin a décidé de quitter son travail en 2013. La cause? Un arrêté préfectoral imposant à tous les viticulteurs un traitement préventif à base d’insecticides contre une maladie de la vigne, la flavescence dorée.

À cause de son travail, Guillaume était directement exposé à tous les traitements que certains vignerons peu scrupuleux épandent dans leurs vignes lors de traitements. Alors victime de symptômes inquiétants (maux de têtes à répétition, crise d’estomac…) provoqués par ces épandages à répétitions. Qui ont poussé Guillaume a passer derrière la caméra pour permettre au maximum de personnes de prendre conscience de ce fléau des pesticides et des insecticides mais aussi les rebondissements des différentes décisions administratives résultantes de l’utilisation de ces poisons par l’Homme ainsi que les impacts terribles qu’ils ont sur la santé et l’environnement.

« Moi qui croyais que l’on pouvait produire du vin en parfaite harmonie avec la nature… Je devais être un peu naïf. » raconte Guillaume Bodin. 

À travers son film, Guilaume Bodin met la lumière sur le manque  d’informations relative aux épandages et à leurs conséquences directes de la part de l’état et de ses autorités responsables !  « Je vois des familles, des enfants, marcher sur la voie verte, sans qu’aucun panneau d’information qui indique les traitements effectués sur les parcelles à proximité. Les journaux évoquent l’absence d’incidence sur la vigne et le vin. Mais on ne parle pas de celle sur la santé des gens. Est-ce que ces produits sont vraiment dangereux ? »

Seul face aux géants de l’industrie chimique et phytosanitaire. Guillaume Bodin décide de quitter son travail  et d’en faire un combat de tous les instants ! Quatre ans après son premier documentaire, « La Clef des terroirs » dans lequel il suit le travail de vignerons en biodynamie, Guillaume Bodin s’attache dans Insecticide Mon Amour,à dénoncer la dangerosité des insecticides sur le plan sanitaire et environnemental, et leur usage préventif dévastateur pour la vie à tous niveaux.

Diffusé à Bordeaux au cinéma Utopia, le film a fait salle comble et m’a fait prendre conscience de l’importance de nous mobiliser et d’agir …vite et fort  contre ce fléau dicté par les grands groupes industriels qui détruit les hommes, les enfants ,les sols mais aussi les insectes et les végétaux qui sont primordiaux à l’équilibre d’une parcelle !

Ce documentaire, certes engagé et percutant, pourra, espère Guillaume Bodin, accompagner les débats dans la profession viticole, tout en sauvegardant un ecosysteme si important ainsi que les générations futures. Depuis le tournage du documentaire, débuté en 2013, la situation semble évolué à petits pas  « Il y a eu moins de secteurs traités en 2014. Au lieu de trois traitements, il y en a « seulement » deux, avec un contrôle », observe le réalisateur.

Bouchon et Fourchette était ravi d’être présent lors de la diffusion de ce documentaire engagé et engageant mais aussi d’avoir une compréhension un peu plus en profondeur du problème grâce aux interventions des différents intervenants ainsi que les expériences (parfois tragiques…) des personnes présentes dans la salle !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s